Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Moteur action !

Moteur action !

Infos et critiques sur les sorties cinéma et séries TV / lieu d'échange destiné aux passionnés.

Point Break - Extrême(ment) limite... les "reboot" atteignent des sommets.

Point Break - Extrême(ment) limite... les "reboot" atteignent des sommets.

Depuis quelques années, ces succédanés - ou reboots - de longs métrages vintage (qui ornent fièrement nos bibliothèques et que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître) sont devenus légion.

Point Break n'a pas échappé à la règle. Pourquoi refaire ce qui était bien au départ ?

Réponse : parce que le surf, c'est un peu has-been et qu'il existe aujourd'hui pléthore de sports extrêmes permettant de rajeunir quelque peu le scenario.

Malheureusement, malgré la dimension accordée aux décors et aux scènes de haute-voltige, l'ensemble a, lui, du mal à décoller. On a plustôt l'impression d'une pub de haut vol pour un équipementier ou une marque automobile...

Exit donc Keanu Reeves et le regretté Patrick Swayze. Place à la nouvelle génération d'acteurs en vogue avec en tête le talentueux Edgar Ramirez, vu entre autre dans le troublant Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow (sur la chute de Ben Laden), et l'illustre inconnu Luke Bracey par ce qu'il fallait un blond aux yeux clairs. Lui a seulement sept films à son actif dont G.I Joe : Conspiration, The November Man (face à Pierce Brosnan) et un boulet : Bienvenue à Monte-Carlo​ avec l'ex-égérie de Disney Channel Selena Gomez !

Pour le pitch, c'est une réécriture moderne du scénario initial, à l'instar de nombreux films des trente dernières années passées à la moulinette du reboot ou remake. Quoique ce n'est pas du tout la même chose.

Ces derniers temps, et j'en parle souvent dans d'autres articles, même les super-héros sont remodelés pour un public plus jeune, fussent-ils sortis en salles il y a à peine dix ans.

Mais au fond, remake, re-boot, quelle différence ?

A en croire la définition très succincte du Larousse, le remake est une "nouvelle version d'un film, d'une œuvre littéraire". Il est vrai que côté littérature, les rééditions ne sont pas en reste mais côté cinéma, la coup est pleine. Une définition plus juste serait une reprise moderne de l'intrigue originale, des personnages voire de tout ou partie des scènes du film sur lequel il se base.

Par exemple : le Psycho de Gus Van Sant (1999) et Meurtre Parfait d’Andrew Davis (1998) reprennent copieusement leurs illustres aînés signés Sir Alfred Hitchcock ! Entre les deux, c'est le Psychose revisité par Gus Van Sant qui est une pâle copie de l'oeuvre majeure du génie d'Hollywood. La preuve, le film a été réalisé à l'identique : les plans, les séquences... Seuls l'époque et les comédiens changent évidemment. Pour l'anecdote, Vigo Mortensen apparaît dans les deux à un an d'intervalle.

Plus communément, le remake est une reprise d'une oeuvre étrangère plus appropriée au public local. Dit autrement, ce sont des films français qui ont cartonné dans l'Hexagone et que Hollywood a repris à sa sauce*, le budget et le casting béton en plus. On peut citer :

- True Lies de James Cameron inspiré de La totale ! de Claude Zidi (quoique suite à des problèmes de droit d'auteur les films ne sont plus distribués),

- Les Visiteurs en Amérique (vous retrouverez l'original tous seuls :-)),

- My father ce héros vs Mon père ce héros avec Gégé Depardieu dans les deux versions,

- Nom de code: Nina vs Nikita de Luc Besson,

- Man on fire de Tony Scott vs Man on fire de Elie Chouraqi (oui mais dans la version US il y a tout de même Denzel Washington !)...

Bref la liste est longue comme le bras et je ne cite pas ceux dont l'échec a été cuisant... Bon deux ou trois pour la route : The Dinner / Le dîner de cons, New York Taxi / Taxi et Un indien à New-York / Un indien dans la ville...

Le reboot quant-à lui est une sorte de remise à niveau. Comme le remake il reprend les ingrédients de départs à la différence près qu'il s'autorise à changer parfois l'intrigue, les personnages, les lieux et la contemporanéité.

Les registre "fantastique" et "action" regorgent de reboots ! Le problème vient souvent du scénario qui souffre atrocement de l'abus d'effet spéciaux, leitmotiv des studios à l'aube du XXIe siècle.

En l'espèce, Total recall : mémoires programmées en 2012 vs Totall recall de Paul Verhoeven avec Schwarzzie (quelle idée, l'original quoique kitsch aujourd'hui était excellent et suffisant), Le Jour où la Terre s’arrêta / The day the earth stood steal de Scott Derrickson et avec Keanu Reeves (2008) vs celui de Robert Wise, de 1952, Invasion d’Oliver Hirschbiegel d’après L’Invasion des Profanateurs de Sépultures de Don Siegel (1957), Poséidon de Wolfgang Petersen vs L’Aventure du Poséidon de Ronald Neame (1973), sans oublier Titanic bien-sûr, qui a connu moult versions ciné et télé avant de connaître le succès grâce à James Cameron et une pluie d'Oscars en même temps qu'un iceberg fatal.

Attention plus difficile car on va parler jargon cinéma : Jurassic world en 2015, à classer plutôt dans les sequels (quoiqu'on ne sache plus vraiment...), Godzilla, La planète des singes (prequel cette fois-ci), sans oublier tous les super-héros et autres agents secrets qui ne survivent pas plus d'une décennie sans voir leur casting changer (Batman, Superman et James Bond et bientôt Spiderman vous en parleront mieux que moi).

Il me faudrait plus d'une soirée pour faire la liste complète de tous les remakes, reboots, sequels, spin-off et autres cross-over.

En tous les cas, je vois dans cette démarche une volonté délibérée des réalisateurs de me faire comprendre que j'ai pris de la bouteille.

Mesdames et messieurs des studios, vous êtes durs ! Soyez sympas (rembobinez... ;-)).

C'est tout pour ce soir

* ça marche aussi avec le cinéma suédois : le Millenium de Stieg Larsson et porté à l'écran par Niels Arden Oplev en 2009 est passé aussi par la case hollywoodienne deux ans plus tard avec Millenium : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes. On retrouve d'ailleurs au casting Daniel - James Bond - Craig dans le rôle de l'enquêteur qui a fait le succès des romans.

Là encore, il n'y avait rien à reprocher à la trilogie originelle, si ce n'est des scènes relativement violentes.

Pourquoi alors vouloir reprendre la recette et la revisiter ?

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18653745.html

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article